"CE QUE TU AIMES,LAISSE-LE LIBRE"

Bienvenue dans le petit monde de Mini-fée.

Ici tout est beau,tout est magique,et personne ne juge personne. Cette idée peu paraitre utopique,mais la vie étant ce qu'elle est,vaux mieux créé son imaginaire de Chimères enchantées que de monstres démoniaques ! ***Bonne lecture***

Nouveau

Cucaracha

Plus il se fait tard, plus le vin est sucré
Plus la nuit avance, plus les bouteilles sont petites
Nous sommes sept avec un verre à faire tourner, sept
Et la musique à se donner

Danser en ronde me lève le cœur
Lâche pas ma main, petite, ou je vais tomber
Mais danser en ronde soulève une fleur
Tiens bien ma main, petite, on va s’envoler

Et toi hibou, de l’autre côté de la sphère
Ton bonheur me caresse et ma peau s’adoucit
Entre tes ailes brûlantes, j’ai même oublié
Toute la beauté que nous offre les Andes
Une cucaracha dans la chambre seize
Danse avec moi entre les murs entoilés

Plus il se fait tard, plus la nuit est sucrée
À la fenêtre, la lune est restée collée

J’ai demandé a la Lune

J’ai demandé à la Lune
Et le Soleil ne le sait pas
Je lui ai montré mes brûlures
Et la Lune s’est moquée de moi
Et comme le ciel n’avait pas fière allure
Et que je ne guérissais pas
Je me suis dit quelle infortune
Et la Lune s’est moquée de moi

Et toi et moi
On était tellement sûr
Et on se disait quelque fois
Que c ‘était juste une aventure
Et que cela ne durerait pas

Je n’ai pas grand chose à te dire
Pas grand chose pour te faire rire
J’imagine toujours le pire
Et le meilleur me fait souffrir

J’ai demandé à la Lune
Si tu voulais encore de moi
Elle m’a dit « j’ai pas l’habitude
De m’occuper des cas comme ça »

Et toi et moi
On était tellement sûr
Et on se disait quelques fois
Que c’était juste une aventure
Et que ça ne durerait pas

« De Natura Rerum »

« Mère de la Nature, aïeule des Romains,
O Vénus, volupté des dieux et des humains,
Tu peuples, sous la voûte où glissent les étoiles,
La terre aux fruits sans nombre et l’onde aux mille voiles;

gaia
C’est par toi que tout vit ; c’est par toi que l’amour
Conçoit ce qui s’éveille à la splendeur du jour. »

Lucrèce 

Comment se nomme l’Achétype de L’Homme de la Nature?

green man

« « L’Homme Vert » signifie l’irrésistible vie… Il est une image issue des profondeurs de la préhistoire ; il apparaît et semble mourir puis, après un long temps d’oubli, il revint a plusieurs reprises au cours de ces derniers deux mille ans. De par ses origines, il est bien plus ancien que notre ère chrétienne. Sous toutes ses formes, il est une image de renouveau et de renaissance. »0a556343613d28fd05f2dbce986aaecb

L’Hippocampe Mythologique

10584007_712899958788135_1210514393472620495_n

Dans la mythologie grecque, l’hippocampe ou « cheval marin » est une créature fantastique dont la partie antérieure est celle d’un cheval : la tête, l’encolure, les deux jambes antérieures, et la partie postérieure celle d’un poisson, d’un serpent ou d’un monstre marin. Deux hippocampes tiraient le char de Poséidon/Neptune, ou servaient de monture à d’autres divinités marines comme les Tritons et les Néréides. Chez les Etrusques, on les trouve aussi, souvent représentés sur les objets d’art de la période antique comme les mosaïques et les poteries en relation avec le milieu aquatique. Ces hippocampes étrusques ont généralement une longue queue couverte d’écailles vertes et de nageoires de poisson. Par la suite, la figure des hippocampes fut reprise en héraldique et dans certaines œuvres modernes.

tumblr_mrnn3qeb8y1sdhsfbo2_1280Les hippocampes sont en fait très peu décrits dans les textes mythologiques. On sait seulement que Poséidon/Neptune régnait sur les chevaux puisque Homère le nomme « Poseidon Hippios », mais Poséidon régnait aussi sur les mers et les océans. Ses coursiers sont décrits comme des chevaux marins. Homère évoque d’ailleurs ces chevaux « aux sabots d’airain » qui jaillissaient de la mer en tirant le char de Poséidon. Dans les Argonautiques, le poète Apollonios de Rhodes décrit ces mêmes chevaux émergeant de la mer et galopant à travers les sables de la Libye, mais sans plus de précision.

Les Anciens croyaient que l’hippocampe zoologique était la première forme de l’hippocampe mythologique. Aussi, lorsque les marins trouvaient de véritables hippocampes dans leurs filets, ils croyaient qu’il s’agissait de la progéniture des chevaux de Neptune/Poséidon.

1888719_712899922121472_3753125243500851858_n

Albert Einstein l’a dit!

La quête de la vérité et de la beauté est une sphère d’activité dans laquelle nous sommes autorisés a rester des enfants toute notre vie. »

animaux crapaud

 

 

 

Avec le temps

1532152_551764431607627_2628664673623549444_n

Avec le temps…
Avec le temps, va, tout s´en va
On oublie le visage et l´on oublie la voix
Le cœur, quand ça bat plus, c´est pas la peine d´aller
Chercher plus loin, faut laisser faire et c´est très bien

Avec le temps…
Avec le temps, va, tout s´en va
L´autre qu´on adorait, qu´on cherchait sous la pluie
L´autre qu´on devinait au détour d´un regard
Entre les mots, entre les lignes et sous le fard
D´un serment maquillé qui s´en va faire sa nuit
Avec le temps tout s´évanouit

Avec le temps…
Avec le temps, va, tout s´en va
Même les plus chouettes souvenirs ça t´as une de ces gueules
A la galerie je farfouille dans les rayons de la mort
Le samedi soir quand la tendresse s´en va toute seule
63212_336610346439376_1044553317_n
Avec le temps…
Avec le temps, va, tout s´en va
L´autre à qui l´on croyait pour un rhume, pour un rien
L´autre à qui l´on donnait du vent et des bijoux
Pour qui l´on eût vendu son âme pour quelques sous
Devant quoi l´on se traînait comme traînent les chiens
Avec le temps, va, tout va bien

Avec le temps…
Avec le temps, va, tout s´en va
On oublie les passions et l´on oublie les voix
Qui vous disaient tout bas les mots des pauvres gens
Ne rentre pas trop tard, surtout ne prends pas froid

Avec le temps…
Avec le temps, va, tout s´en va
Et l´on se sent blanchi comme un cheval fourbu
Et l´on se sent glacé dans un lit de hasard
Et l´on se sent tout seul peut-être mais peinard
Et l´on se sent floué par les années perdues
Alors vraiment… avec le temps… on n´aime plus

Léo Ferré

428298_173116859473005_43716907_n

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 524 autres abonnés