"CE QUE TU AIMES,LAISSE-LE LIBRE"

Le poète romantique

Apprendre à rester seul, pour vivre plus densément. Encore faut-il préciser qu’un vaga­bond romantique solitaire n’est jamais vrai­ment seul. Il a recours à une présence qui accompagnait les chemineaux au temps où les mutes d’Europe étaient couvertes de marcheurs : les fées.

Celui qui a fait sien le mot de Novalis invitant à « être perpétuellement en état de poésie » saura reconnaître dans chaque expression de la nature la manifestation de leur existence. Il les traquera là où elles se cachent, c’est-à-dire partout, car le propre et le génie des fées est de prendre corps au moment où on le décide.

Petit traité de l’immensité du monde

(Sylvain Tesson)


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s