"CE QUE TU AIMES,LAISSE-LE LIBRE"

Le coeur d’un géant

Les vaisseaux des corsaires
Sans repos
Depuis des millénaires
Ont perdu
Le coeur d’un géant

Les marins sous l’orage
Cherchent en vain
Un abri
Et le vent dans la nuit
Pleure comme
Le coeur d’un géant

Un berger au sommet
Des montagnes
Entendait l’arcane
– Ecoute, mon troupeau
comme il souffle
Le coeur du géant

Le troupeau égaré
Cherche en vain
Les sommets des montagnes
– Ô berger, entends-tu
Les pleurs du géant ?

Je le tiens dans ma main
Juste là
Le coeur du monde
Il est si léger
C’est pourtant
Le coeur d’un géant

Publicités

2 Réponses

  1. Magnifique ce poeme …

    16 décembre 2011 à 11 h 05 min

    • merci Nuage,passe une belle journée!

      16 décembre 2011 à 11 h 06 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s